• Guy Adrian

Littérature et Gilets jaunes


En ce mercredi 23 janvier froid et neigeux, à l’heure de l’apéritif, j’ai regardé l’émission C à Vous. Michel Onfray, philosophe et écrivain prolifique (cent livres, 30 000 pages au total) devait présenter son dernier ouvrage : Sagesse (Albin Michel). Je venais juste de terminer la courageuse lectures de ces 500 pages où l’auteur propose de suivre l’exemple des Anciens Romains : rester dignes et fermes devant les périls et les catastrophes annoncées.

Je m’attendais donc à ce qu’il évoque pendant son interview les nobles figures de Pline l’Ancien, Caton et des plus discutables Cicéron ou Sénéque et peut-être nous réciter quelques magnifiques vers latins de Lucrèce tiré de De rerum Natura, à présent traduit en De la naissance des choses. Pas du tout ! D’entrée, nous avons eu le droit à une furieuse diatribe de 20 minutes visant à démontrer que toutes les chaînes d’informations (en particulier les quatre émettant en continu), nous mentent en présentant des versions tronquées et tendancieuses des événements concernant les Gilets jaunes. L’ensemble des politiciens et journalistes en a pris pour son grade et, bien sûr, le philosophe-tribun-démagogue a voué aux gémonies Emmanuel Macron tout en admettant que certains problèmes : impôts, taxes et chômage existaient déjà en France alors que le Président n’était pas encore né. En face de lui, Patrick Cohen, qui d’habitude a la langue bien pendue n’en a pas placé une, impossible ! M. Onfray sait tout et a réponse à tout ! Selon lui, le «peuple Gilet jaune» (la Plèbe ?) a raison et la démocratie directe à coup de référendums permanents est notre avenir... Pour son futur littéraire cette fois, l’auteur annonce qu’après Sagesse sa trilogie Brèves encyclopédie du monde va s’enrichir de trois nouveaux tomes, 1 500 pages... On s’en réjouit à l’avance !

Revenons aux omniprésents Gilets jaunes : je viens de terminer un joli tour du Sud de la France au volant de ma brave petite 208. De La Rochelle à Lyon, au long des routes nationales en passant par Poitiers et Vichy, j'ai été arrêté huit fois sur des rond-points, donc j'ai pu lire tranquillement les pancartes, les banderoles, inscriptions sur les gilets, tracts et pétitions. Comme j'ai une bonne tête de "vieux Gaulois" on m'a parlé de retraites, justement, ça ne me déplairait pas qu'on augmente la mienne ! Pour le reste : baisse des taxes et impôts, augmentation du SMIC, suppression du 80 km/h, pourquoi pas ? Sauf que pour les dépenses on n'a plus de sous et lors des débats sur les quatre chaînes d'intoxication permanente, à la télé, des économistes distingués viennent nous prouver qu'on ne ferait qu'accroître la dette du pays. Au fait, d'où sortent ces légions d'économistes auto-proclamés ? Avons-nous des unités de clonage ou des couveuses dans les Ecoles et les Facultés ? Entre eux, plus la cohorte des politiciens, journalistes et bavards professionnels, ça ne laisse pas beaucoup de lascars disponibles et motivés pour produire les richesses nécessaire au financement de la grande redistribution nationale exigés par les Gilets jaunes. D'ailleurs, j'ai remarqué sur ces rond-points que les mains qui se tendaient vers moi n'étaient ni calleuses ni déformés par des durs labeurs. Globalement, les discours me rappelaient ceux que j'ai entendu pendant des décennies dans les bistrots autour des zincs :

"C'est toujours nous les petits qui n'avons pas un rond, alors qu'à Paris, là-haut, ils se gavent ! un jour ça va péter... Remet-nous ça Marcel !".

Pour le financement, les Gilets jaunes nous disent :

"Hop, on remet l'ISF, 3 milliards, on surtaxe les entreprises genre GAFA et on part à la chasse de la fantasmatique "évasion fiscale", 80 milliards par an selon eux, 30 milliards d'après les économistes". Nos chers "y'a qu'à et faut qu'on" se mettent en ordre de marche, les syndicats ne servent à rien, les Partis et les élus, Sénateurs en tête, non plus ! Le nouveau Président (il ne veulent plus de Macron) devra mettre en oeuvre leur programme sans traîner.

Si je puis me permettre une suggestion - en fait juste une lubie sénile : "Et si on copiait le modèle chéri de nos réputés économistes : le Danemark, heureux pays du pays paisible (le Hygge) où les Vieux sont très bien traités. En effet, les Danois dépensent pour eux 2% de leur PIB et seulement 0,4% pour leur armée nationale. Nous, en France, on fait exactement l'inverse : 2% pour l'armée et 0,4% pour les vieux qui croupissent dans les EHPAD indignes privés de personnels compétents.". Je n'ai rien contre notre armée, mais en 2019, par qui sommes-nous menacés ? Pourquoi les Présidents précédents se sont-ils lancés dans des opérations aussi coûteuses qu'inutiles : Libye, Syrie, Centre Afrique et Mali ? L'opération "Barkane" à elle seule a déjà coûté 5 milliards. Pour quel résultats ? Il règne toujours l'insécurité, les guerres tribales et la mort dans le désert. Ces 5 milliards, ça en ferait des postes dans les EHPAD et les crèches ! Tiens, pour me faire honnir un peu plus, quid de notre politique africaine et de l'émigration massive qui en résulte ? Pourquoi garder ad-vitam des DOM-TOM ? La France est la seule nation développée à avoir conservé des territoires outre-mer, comme par exemple la Guyane, unique colonie du continent américain. Et la grandeur de la France, me direz-vous ? Il faut faire selon ses moyens et ne pas vouloir "péter plus haut que son cul". J'assume cette vulgarité comme le fait très régulièrement l'autre écrivain dont je voulais vous parler, à savoir Michel Houellebecq, proclamé Génie par les critiques. Trois ans après Soumission où il décrivait une France rabougrie adoptant la religion musulmane, il vient de sortir Sérotonine (Flammarion). Hélas, moi qui suis fan de M.H. je suis déçu car il ne s'agit que d'une pénible resucée de ses précédents romans : Extension, Les Particules élémentaires et La possibilité d'île. Là encore, le narrateur est un quadragénaire en perdition dans son travail, sa vie, ses relations avec amis et copines. Même les turpitudes sexuelles (gang-bang, zoophilie, pédophilie) qui ponctuent le récit n'ajoutent rien à cette dégringolade. Il ne reste qu'une fin puissamment décrite avec la révolte armée des producteurs de lait en Normandie. Cette scène a permis aux critiques de louer le "talent prophétique" de M.H. en affirmant que ça annonçait les Gilets jaunes, comme il y a 3 ans Soumission la fusillade de Charlie Hebdo et il y a 7 ans Plate-forme qui parlait du tourisme sexuel fut suivi par l'attentat de Bali. M.H. est donc une moderne Sibylle celle qui chez les Romains prédisait l'avenir. Devin, donc, et génie des Lettres : dans un débat télé on a affirmé - sans rire - que M.H. était comparable à Balzac et Victor Hugo réunis ! L'intéressé qui est en pleine lune de miel après son mariage avec une lectrice chinoise n'a pas réenchéri, d'autant qu'il va vendre deux milliards d'exemplaires et sera traduit en 42 langues.

Non je ne suis pas jaloux, mon roman policier 460 morts et des mouches (Le Texte Vivant), va son chemin et semble apprécié (blog : entredeuxlivres/wordpress.com et ka-lightoverblog.com). C'est un bouquin où il y a plus d'adrénaline que se sérotonine, avec sexe et de l'action, ça vous changera.

Bonne lecture !

#2019 #guyadrian #460mortsetdesmouches #Macron #Giletsjaunes #MichelOnfray #MichelHouellebecq

© 2023 by The Book Lover. Proudly created with Wix.com

  • Grey Facebook Icon
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now